Skip to content

L’enseignement supérieur connait une grande remise en cause, j’essaie à mon niveau de participer à cette refonte de la façon d’aborder la transmission de la connaissance.
J’ai été formée « à l’ancienne », c'est-à-dire par des cours magistraux en amphi sans la moindre interaction. C’est désormais ma génération qui a la charge d’inventer une façon de transmettre avec les contraintes plus ou moins importantes des établissements.
Il est toujours possible d’introduire de l’interaction, des exemples concrets, du lien avec les étudiants, même en amphi. C’est ce que j’essaie de faire, en m’inspirant largement des ressources et des réflexions très nombreuses sur ce sujet en ce moment.

Si toutes les informations peuvent se trouver sur internet, encore faut-il maitriser les concepts et être autonome dans ses apprentissages, ce qui est justement l’objectif de la formation intellectuelle supérieure. Les enseignants sont désormais des passeurs d’information et de méthode.
Mes activités d’enseignement s’adressent à plusieurs publics essentiellement non juristes. Il s’agit de leur permettre de rentrer dans la culture juridique qui est pour eux lointaine voire les rebute. Pourtant, le droit est leur quotidien. Je m’attelle donc à être en phase avec leur réalité par des activités collaboratives et participatives pour construire le cours.

Concrètement j’interviens :
A l’Esthua (Université d'Angers) pour des cours de bases du droit, de droit immobilier, et de droit du tourisme.
A la Faculté de droit d’Angers pour des travaux dirigés d’histoire des institutions.
A l'Université Catholique de l'Ouest d'Angers pour des cours d'introduction au droit et de droit des contrats.
Au CNAM d’Angers dans la licence Optique de l’ESOO pour des cours de droit des entreprises.
Pour le diplôme de l’institut de la Construction et de l’Habitation (ICH - CNAM de Nantes) pour un cours sur les agents immobiliers.

        

Retour des étudiants
"C’est trop bien le code civil !"